Archives.

Une multitude de documents à explorer.

COMMUNICATIONS | 3 conseils pour adapter sa présence sur les réseaux sociaux pendant la relance économique

Quelques lectures.

Actualités et conseils

3 conseils pour adapter sa présence sur les réseaux sociaux pendant la relance économique

COMMUNICATIONS | JUIN 2020

Les réseaux sociaux révèlent de précieux indices de comportement, autant sur les entreprises que sur les clients, et l’arrivée de la pandémie aura définitivement changé notre relation vis-à-vis de ceux-ci. Un des impacts de la crise sanitaire est sans doute une transformation accélérée de nos habitudes numériques de travail ou de consommation. Alors que certains y voient une opportunité d’utiliser davantage ces technologies, il faut se rappeler que leur utilisation doit être planifiée et réfléchie pour communiquer le bon message. Établir un plan de communication pour vos différentes plateformes constitue une étape cruciale à la relance des activités.

1. Adaptez votre contenu

Le contexte du marché pendant le déconfinement change à grande vitesse et il est important de réviser vos publications et communications pour qu’elles s’inscrivent dans l’actualité. Une publication qui s’avérait pertinente la semaine passée pourrait ne pas être d’actualité une autre journée et même offenser certains utilisateurs. Malgré un calendrier éditorial bien établi, ces temps complexes méritent une réflexion avant chaque partage.

2. Affichez les bonnes informations

Un doute quant à la santé de l’entreprise pourrait bien faire en sorte que le taux de rétention chute librement. Mettez à jour vos nouvelles politiques de santé et sécurité ainsi que les modifications de déroulement de votre offre de biens ou services. En plus d’augmenter les interactions et l’engagement des utilisateurs, cela pourrait vous aider à augmenter votre taux de conversion, c’est-à-dire à transformer une visite sur une plateforme en achat ou adhésion!

3. Ouvrez votre marché

Alors que les entreprises auraient marqué une augmentation de l’utilisation de leurs réseaux sociaux pour communiquer avec leurs clients et leurs employés, la proportion de publications payées aurait chuté jusqu’à 34% dans certains secteurs , ce qui a un effet direct sur le prix de la publicité Web. Voilà une occasion en or d’utiliser une campagne publicitaire pour rejoindre une plus grande audience qu’à l’habitude et de communiquer à un nombre beaucoup plus élevé de clients potentiels!

Avec plus de temps à la maison, les consommateurs ont utilisé les réseaux sociaux pour se sentir plus connectés, à l’affût des nouveautés et divertis. Il s’agit là d’une habitude qui prend racine et qui modifie leurs habitudes au quotidien. Saisir cette opportunité afin de vous démarquer et de mieux utiliser les plateformes sociales vous sera à coup sûr profitable!

Marie-Ève Massicotte
Conseillère en communication – médias sociaux

Siège social:
155, boul. Charest Est,
bureau 190, Québec (Québec)
G1K 3G6

Bureau de Montréal:
2175, boul. Maisonneuve Est,
bureau 150, Montréal (Québec)
H2K 4S3

Téléphone:
(418) 622-1001
1 (855) 837-9142

Heures d'ouverture:
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Suivez-nous!

Extranet

DÉV. STRATÉGIQUE | Les questions à se poser pour réussir son étude de marché

Quelques lectures.

Actualités et conseils

Les questions à se poser pour réussir son étude de marché

DÉVELOPPEMENT STRATÉGIQUE | JUIN 2020


L’étude de marché permet de recueillir de l’information pertinente sur les clients potentiels, les concurrents ainsi que sur l’environnement externe à l’entreprise (ou l’organisation), et ce, sur un territoire donné.

Cette information permet de s’ajuster aux besoins des clients, afin d’y répondre adéquatement, mais aussi, d’analyser les caractéristiques de la concurrence, dans le but d’adapter sa stratégie commerciale, pour être plus compétitif.

L’analyse des clients potentiels

  • Qui sont-ils ? (des entreprises, des individus, des organisations, etc.)
  • Combien y en a-t-il ?
  • Quels sont leurs profils (âge, revenus, nombre d’employés, etc.)
  • Où sont-ils situés ?
  • Quels sont leurs besoins ?
  • Quels produits ou services souhaitent-ils obtenir ?
  • Veulent-ils du bas, du moyen ou du haut de gamme ?
  • Ont-ils des préférences concernant les prix ?
  • Quelles sont leurs habitudes d’achat ?

L’analyse des concurrents

Les concurrents sont soit des individus, des entreprises ou des organisations, qui visent la même clientèle que vous.

  • Quels produits et services offrent-ils ?
  • À quels prix ?
  • Offrent-ils du bas, moyen ou haut de gamme ?
  • Quelles sont leurs forces et leurs faiblesses ?
  • Combien y a-t-il de concurrents situés sur le même territoire que votre entreprise ?
  • Sur quels éléments se distinguent-ils, par rapport à vous ?
  • Quelles sont leurs parts de marché ?

Environnement externe

Il s’agit de prendre connaissance de ce qui se passe en dehors de votre entreprise, en termes d’opportunités, de menaces et de réglementations.

Par exemples :  

  • Opportunités :
    - La population vieillit. Il y a peut-être de nouveaux produits et services à développer pour répondre aux besoins de cette clientèle.
    - Le gouvernement a publié de nouveaux programmes de financement auxquels vous êtes peut-être admissibles.
  • Menaces :
    - L’arrivée d’un nouveau concurrent qui sera situé dans le même quartier que votre entreprise.
    - La diminution de la population dans votre municipalité.
  • Réglementations :
    - La municipalité où votre entreprise est située a probablement des règlements auxquels votre entreprise doit se soumettre (exemple: zonage, etc.)
    - Certains secteurs d’activités nécessitent des permis. (Exemple : construction).

Où trouver toute cette information ?

  • Recherche de données sur divers sites Internet (de concurrents, de clients actuels ou potentiels)
  • Recherche d’information dans les médias.
  • Réalisation de sondages auprès de clients potentiels, par courriel, téléphone ou groupes de discussion.
  • Recueil d’information auprès de vos propres employés et de vos clients actuels.

Si vous voulez en savoir davantage, nous vous invitons à communiquer avec les experts du Consortium.


Anne Beauséjour

Siège social:
155, boul. Charest Est,
bureau 190, Québec (Québec)
G1K 3G6

Bureau de Montréal:
2175, boul. Maisonneuve Est,
bureau 150, Montréal (Québec)
H2K 4S3

Téléphone:
(418) 622-1001
1 (855) 837-9142

Heures d'ouverture:
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Suivez-nous!

Extranet

SST | Les principes à maîtriser pour un retour au travail sécuritaire

Quelques lectures.

Actualités et conseils

Les principes à maîtriser pour un retour au travail sécuritaire

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL | JUIN 2020

Le plan de déconfinement récemment annoncé nous incite à passer à l’action et à mettre en place les mesures d’hygiène afin d’assurer la santé et sécurité des travailleurs. Voici un sommaire des principes de base à maîtriser pour un retour au travail réussi.

1. Distanciation physique

Les organisations doivent repenser le travail afin de permettre aux travailleurs de respecter une distance de 2 mètres entre eux. À titre d’exemple, il est possible de favoriser la distanciation physique grâce au télétravail, à des marques au sol ou même des sens uniques de circulation.

2. Hygiène des mains

Il convient de mettre à disposition des visiteurs et travailleurs des lieux pour permettre le lavage de main fréquent (stations avec solution hydroalcoolique ou eau et savon).

3. Étiquette respiratoire

Lorsque le 2 mètres ne peut être respecté, il est fortement recommandé de porter un masque. De plus, il est important de rappeler qu’il faut éviter le plus possible de toucher notre visage et nos yeux avec nos mains.

4. Formation

Prenez bien soin de communiquer l’information et de former vos travailleurs sur ces nouvelles mesures afin de faciliter l’intégration de celles-ci dans votre réalité de travail.

Afin d’assurer l’élaboration d’un plan de retour complet, il est essentiel de consulter l’ensemble des recommandations associées à votre secteur via le site de l’INSPQ et de la CNESST.

Si vous voulez en savoir davantage, nous vous invitons à communiquer avec les experts du Consortium.
 


Anne-Marie Hamelin

Siège social:
155, boul. Charest Est,
bureau 190, Québec (Québec)
G1K 3G6

Bureau de Montréal:
2175, boul. Maisonneuve Est,
bureau 150, Montréal (Québec)
H2K 4S3

Téléphone:
(418) 622-1001
1 (855) 837-9142

Heures d'ouverture:
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Suivez-nous!

Extranet

RESSOURCES HUMAINES | 3 étapes pour planifier le retour au travail

Quelques lectures.

Actualités et conseils

3 étapes pour planifier le retour au travail

RESSOURCES HUMAINES | MAI 2020

La situation actuelle du Québec concernant la COVID-19 transformera certainement la vie des organisations. Actuellement, bien que plusieurs secteurs soient maintenus sur pause dans la stratégie de déconfinement, nous avons cru intéressant de vous partager des éléments clés pour la planification d’un retour au travail qui saura mobiliser et assurer la santé et la sécurité de vos travailleurs.

1. Il est important d’avoir une image précise sur ce qui doit être réalisé pour assurer la santé et la sécurité de vos travailleurs lorsque le retour sera envisagé par les autorités gouvernementales. Le site de l’INSPQ et de la CNESST regorgent d’outils personnalisés à plusieurs milieux de travail et sont pertinents à la priorisation des éléments pour un retour au travail sécuritaire.

2. Il est suggéré d’établir l’écart entre ce qui était réalisé avant la COVID-19 et sur ce qui doit être mis en place pour respecter les nouveaux critères. Suite à cette analyse, vous aurez entre les mains un plan qui vous permettra de vous adapter à cette nouvelle réalité.

3. Il est pertinent de créer un comité qui regroupe des employés représentant les secteurs de votre organisation pour communiquer le plan et prendre les commentaires de ceux-ci afin d’impliquer le plus d’acteurs possibles et vous assurer un déploiement qui saura répondre aux questionnements, aux enjeux et aux contraintes de ces derniers.

Finalement, le déploiement du plan de retour au travail nécessitera de nombreuses communications personnalisées pour ainsi ajuster en cours de route les changements mis en place.

Si vous voulez en savoir davantage, nous vous invitons à communiquer avec les experts du Consortium.

Anne-Marie Hamelin

Siège social:
155, boul. Charest Est,
bureau 190, Québec (Québec)
G1K 3G6

Bureau de Montréal:
2175, boul. Maisonneuve Est,
bureau 150, Montréal (Québec)
H2K 4S3

Téléphone:
(418) 622-1001
1 (855) 837-9142

Heures d'ouverture:
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Suivez-nous!

Extranet

FINANCES | Ratio de l’intervalle défensif

Quelques lectures.

Actualités et conseils

Ratio de l'intervalle défensif

FINANCES | MAI 2020

Que se passerait-il si un évènement venait à paralyser les entrées de fonds de votre entreprise? Combien de temps vos liquidités peuvent-elles tenir?

Voilà à quoi, le ratio de l’intervalle défensif pourrait vous être utile.

Ce ratio indique le nombre de jours pendant lesquels l’entreprise peut se considérer à l’abri de problèmes d’insolvabilité et faire face à ses dépenses quotidiennes sans rentrée de fonds.

Il est calculé sur la base des actifs les plus liquides à la disposition de l’entreprise:

• Ratio de l’intervalle défensif = actif à court terme liquidedécaissements quotidiens

où:

• actif à court terme liquide = encaisse + comptes clients + titres négociables

• décaissements quotidiens = (coût des produits vendus + frais d’administration + frais de financement - amortissement) / 365

Une fois le calcul effectué, il est cependant difficile de dire si le nombre de jours obtenu est bon ou mauvais. Il est donc important, comme tout autre ratio, de le comparer aux périodes précédentes pour y découvrir la tendance.

De plus, étant donné que l’actif et le passif à court terme évoluent de période en période, ce ratio peux devenir problématique à analyser.

Si vous voulez en savoir davantage, nous vous invitons à communiquer avec les experts du Consortium.

Richard Porlier

Siège social:
155, boul. Charest Est,
bureau 190, Québec (Québec)
G1K 3G6

Bureau de Montréal:
2175, boul. Maisonneuve Est,
bureau 150, Montréal (Québec)
H2K 4S3

Téléphone:
(418) 622-1001
1 (855) 837-9142

Heures d'ouverture:
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Suivez-nous!

Extranet

DROIT | Impact de la Covid-19 sur les réunions des administrateurs

Quelques lectures.

Actualités et conseils

Impact de la Covid-19 sur les réunions des administrateurs

DROIT | AVRIL 2020

La survenance de la Covid-19 a poussé le gouvernement du Québec à interdire tout rassemblement, intérieur ou extérieur, sauf dans le cadre de situations particulières énumérées restrictivement. Cette interdiction apparait au Décret 222-2020 renouvelant l’état d’urgence sanitaire sur tout le territoire québécois, daté du 20 mars 2020 (le « Décret »), lequel demeure en vigueur au moment où nous écrivons ces lignes. En voici un extrait :

« QUE, pendant l’état d’urgence sanitaire et conformément à l’article 123 de la Loi sur la santé publique (chapitre S-2.2), soient prises les mesures suivantes afin de protéger la santé de la population, malgré toutes dispositions inconciliables :

  • est interdit tout rassemblement intérieur ou extérieur, sauf :

s’il est requis, dans un milieu de travail, pour l’exercice d’une activité qui n’est pas visée par une suspension prévue par décret ou arrêté, y compris ceux pris subséquemment;

s’il est requis pour obtenir un service ou un bien d’une personne, d’un établissement, d’une entreprise ou d’un autre organisme dont les activités ne sont pas suspendues par décret ou arrêté, y compris ceux pris subséquemment, ou pour offrir un service ou un bien à l’un de ceux-ci; »

Suivant cette interdiction, est-il permis pour le conseil d’administration d’une coopérative constituée en vertu de la Loi sur les coopératives, RLRQ, c. C-67.2, ou une personne morale sans but lucratif constituée en vertu de la partie III de la Loi sur les compagnies, RLRQ, c. C-38, de tenir ses réunions en personne?

Nous devrons répondre à cette question par la négative. En effet, compte tenu de la possibilité pour le conseil d’administration d’une coopérative ou d’un OBNL de tenir leur réunion à distance, nous sommes d’avis que ce rassemblement n’est pas « requis » au sens du Décret. À ce propos, voici un extrait des articles des lois applicables, selon le cas :

Loi sur les coopératives, RLRQ, c. C-67.2 :

« 95. Sous réserve des règlements, les administrateurs peuvent, si une majorité d’entre eux est d’accord, participer à une réunion du conseil par des moyens de communication permettant à tous les participants de communiquer entre eux. Les participants sont alors réputés avoir assisté à la réunion. »

Loi sur les compagnies, RLRQ, c. C-38 :

« 89.2. À moins de dispositions contraires dans l’acte constitutif ou dans les règlements de la compagnie, les administrateurs peuvent participer à une assemblée du conseil d’administration à l’aide de moyens permettant à tous les participants de communiquer immédiatement entre eux, notamment par téléphone. Ils sont alors réputés avoir assisté à l’assemblée.

Un vote peut alors être entièrement tenu par tout moyen de communication permettant, à la fois, de recueillir les votes de façon à ce qu’ils puissent être vérifiés subséquemment et de préserver le caractère secret du vote, lorsqu’un tel vote est demandé.

(…)

  1. 224. Les articles de la partie I de la présente loi s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, aux personnes morales constituées ou continuées sous l’empire des dispositions de la présente partie, sauf les suivants: 3 et 4; 6 et 7; le deuxième alinéa de 8; 11; 13 à 17; 18.1 et 18.2; 34.1; 41 à 43; 45 à 76; 79; 81; 82; 86; les sous-paragraphes a et b du paragraphe 2 de 91; 93; 94; 96; les sous-paragraphes j et k du paragraphe 3 de 98; 102; 103; les sous-paragraphes d et e du paragraphe 1 et le paragraphe 2 de 104; 113; 114; 122, 123 et 123.0.1 »

Ces articles ont pour effet de permettre aux conseils d’administration des coopératives et des personnes morales sans but lucratif de tenir leurs réunions à distance, notamment dans le cadre d’une conférence téléphonique ou d’une vidéoconférence, à moins que cette façon de faire ne soit interdite par les règlements de régie interne de l’entité.

En l’absence d’une telle restriction dans les règlements de la personne morale, il serait difficile pour celle-ci d’établir que la tenue des réunions de son conseil d’administration en personne soit strictement requise au sens du Décret. Par conséquent, force est de reconnaître que l’interdiction de se rassembler décrétée par le gouvernement du Québec restreint la tenue des réunions d’un conseil d’administration sous la forme présentielle, et ce, sans égard aux activités de la personne morale.

Malgré ce qui précède, certaines exceptions pourraient néanmoins trouver application selon les circonstances et la nature des activités de la personne morale. Si vous êtes d’avis qu’une situation particulière vécue par votre personne morale exige que les membres de son conseil d’administration se réunissent en personne, nous vous invitons à communiquer avec les experts du Consortium avant de tenir une telle réunion.

IMPORTANT : Le présent document ne doit en aucun cas être considéré comme un avis juridique. Pour de plus amples informations concernant vos droits et obligations ou pour obtenir un avis juridique valide relatif à la situation particulière vécue par votre entreprise, nous vous invitons à communiquer rapidement avec le Consortium.

Me Robert Collard

Siège social:
155, boul. Charest Est,
bureau 190,
Québec (Québec) G1K 3G6

Bureau de Montréal:
2175, boul. Maisonneuve Est,
bureau 150,
Montréal (Québec) H2K 4S3

Téléphone:
(418) 622-1001
1 (855) 837-9142

Heures d'ouverture:
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Suivez-nous!

Extranet

Siège social:
155, boul. Charest Est,
bureau 190, Québec (Québec)
G1K 3G6

Bureau de Montréal:
2175, boul. Maisonneuve Est,
bureau 150, Montréal (Québec)
H2K 4S3

Téléphone:
(418) 622-1001
1 (855) 837-9142

Heures d'ouverture:
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Suivez-nous!

Extranet