fbpx

Quelques lectures.

Actualités et conseils

Détecter la détresse psychologique

DÉVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL | NOVEMBRE 2020

Selon L’Enquête québécoise sur la santé de la population (édition 2014-2015), la détresse psychologique touche près du tiers de notre population. Prévenir la détresse psychologique et y réagir est primordial, puisqu’elle affecte quotidiennement le bien-être des personnes qui en souffrent. Comme nous vivons actuellement une pandémie, nous partageons avec vous les principes de base à maîtriser en matière de détresse psychologique afin de mieux vous outiller.

Reconnaître la détresse psychologique

La détresse psychologique est un état psychologique où une personne démontre des signes de stress, d’anxiété et/ou de déprime. Le stress est une réaction naturelle à une situation alors que l’anxiété est une émotion plus complexe qui provient d’une crainte dont la cause est difficile à préciser. Pour ce qui est de la déprime, il s’agit d’un état passager de fatigue, de découragement et de tristesse.

De plus, divers signes et symptômes peuvent être observés sous plusieurs axes.

D’abord, sous l’axe physique se trouve les tensions musculaires au niveau du cou, les maux de tête, les troubles du sommeil, la fatigue, la diminution de l’appétit et les troubles digestifs.

Ensuite, les axes psychologiques et émotionnels présentent des signes d’insécurité, d’impuissance, de vision pessimiste ainsi qu’un mélange d’émotions telles que la tristesse et la colère.

Finalement, il est possible d’observer sous l’axe comportemental des troubles de concentration, de l’isolement, de l’irritabilité, de l’agressivité, des sautes d’humeur, de la passivité ainsi qu’une augmentation ou même de l’abus de consommation (alcool, drogues, médicaments, café).

Mettre en place les moyens nécessaires

Afin de prévenir la détresse psychologique et d’y réagir, plusieurs stratégies peuvent être développées. 

Le rôle principal de l’individu est de prendre soin de son bien-être. Il peut donc mettre en place plusieurs des stratégies suivantes pour avoir de saines habitudes de vie :

  • Écouter son corps en portant attention à ses sentiments et à ses réactions;
  • Faire de l’exercice physique, des exercices de relaxation ou de méditation;
  • Développer une bonne alimentation et dormir suffisamment;
  • Prendre contact et rester en contact avec ses proches;
  • Être conscient de ses limites et les verbaliser.

En ce qui concerne le rôle des dirigeants, il est de leur devoir de :

  • Communiquer les signes et symptômes du stress et de l’anxiété;
  • Faire preuve de transparence;
  • Créer des espaces de discussions;
  • Développer et maintenir une relation de confiance;
  • Faire preuve de proactivité face aux inquiétudes.

Il est également recommandé de revoir l’organisation du travail afin de mieux soutenir les employés. Voici quelques exemples de réorganisation :

  • Offrir des horaires flexibles;
  • Fournir un lieu de repos ou des pauses;
  • Jumeler des employés (occasionnellement);
  • Offrir des formations ou des séances d’information sur le stress et l’anxiété;
  • Offrir un programme d’aide aux employés.

Finalement, il est important de sensibiliser toutes les parties prenantes de l’organisation à la détresse psychologique afin de prendre les mesures pour prévenir et réagir adéquatement.

 


En collaboration avec

Sarah Myre Bourgault
Conseillère en développement organisationnel

Siège social:
155, boul. Charest Est,
bureau 120, Québec (Québec)
G1K 3G6

Bureau de Montréal:
2175, boul. Maisonneuve Est,
bureau 150, Montréal (Québec)
H2K 4S3

Téléphone:
(418) 622-1001
1 (855) 837-9142

Heures d'ouverture:
Lundi au vendredi
8h30 à 16h30

Suivez-nous!

Extranet

Share This